Protrusion acétabulaire : causes, symptômes et traitements

protrusion acétabulaire
Liza Pinault, physiothérapeute
Liza Pinault, physiothérapeute

Diplômée en 2019 - Université de Laval avec une maîtrise en physiothérapie

La protrusion acétabulaire est une pathologie de la hanche touchant l’articulation de la hanche, plus précisément la cavité osseuse appelée acétabulum, pouvant entraîner douleurs et limitations fonctionnelles.

Ce qu’il faut retenir :

  • Pathologie de l’acétabulum : La protrusion acétabulaire est une déformation osseuse entraînant douleur et mobilité réduite.
  • Facteurs de risque : Congénital, maladies inflammatoires, traumatismes, et interventions chirurgicales.
  • Symptômes principaux : Douleurs à l’aine, limitation de mouvement, et craquements articulaires.
  • Traitement : Approches conservatrices et chirurgicales selon la sévérité.

Anatomie et fonctionnement de l’acétabulum

L’acétabulum est une cavité osseuse située au niveau du bassin, permettant la connexion avec la tête du fémur, formant ainsi l’articulation coxo-fémorale ou articulation de la hanche. Cette dernière est essentielle pour la mobilité, le soutien du poids corporel et la stabilité lors des mouvements. L’acétabulum est constitué de trois parties osseuses : l’ilium, l’ischion et le pubis, qui fusionnent durant la croissance pour former un os unique et robuste.

Qu’est-ce que la protrusion acétabulaire ?

La protrusion acétabulaire correspond à une déformation de la cavité acétabulaire, résultant d’un enfoncement excessif de la tête fémorale dans l’os pelvien. Cette anomalie provoque une perte de la congruence normale entre ces deux structures osseuses, pouvant causer des douleurs et une réduction de la mobilité. La protrusion acétabulaire est souvent associée à d’autres pathologies de la hanche, comme la coxa profunda ou l’arthrose.

Causes de la protrusion acétabulaire

Plusieurs facteurs peuvent être responsables de cette anomalie morphologique :

  • Troubles congénitaux : certaines personnes naissent avec une forme anormale de l’acétabulum, prédisposant au développement ultérieur de la protrusion acétabulaire.
  • Maladies inflammatoires chroniques : des conditions telles que la polyarthrite rhumatoïde ou la spondylarthrite ankylosante peuvent provoquer une déformation progressive de l’acétabulum.
  • Traumatismes : des fractures ou luxations de la hanche peuvent entraîner un enfoncement de la tête fémorale dans l’os pelvien.
  • Conséquences de chirurgies : certains actes médicaux réalisés sur la hanche peuvent modifier la morphologie de l’acétabulum et favoriser l’apparition de la protrusion acétabulaire.

Symptômes de la protrusion acétabulaire

Les symptômes varient en fonction du degré de la déformation et de la présence éventuelle d’autres pathologies associées. Les manifestations cliniques les plus fréquentes sont :

  • Douleurs au niveau de l’aine, pouvant s’étendre à la cuisse et au genou.
  • Limitation de la mobilité de la hanche, notamment lors de la rotation ou de l’extension.
  • Réduction de la capacité à marcher ou à réaliser des activités physiques.
  • Diminution de la force musculaire autour de la hanche.
  • Craquements ou bruits articulaires lors des mouvements.

Voir aussi: Qu’est-ce que la douleur de hanche pendant la nuit sur le côté ?

Diagnostic et traitement de la protrusion acétabulaire

Le diagnostic de cette affection repose sur l’examen clinique du patient, ainsi que sur l’imagerie médicale. Les radiographies standard de la hanche permettent d’évaluer la morphologie de l’acétabulum et de détecter une éventuelle protrusion. D’autres examens complémentaires, tels que l’échographie, le scanner ou l’IRM, peuvent être nécessaires pour préciser les caractéristiques de la déformation et identifier d’autres atteintes associées.

Traitement conservateur

Dans un premier temps, le traitement vise à soulager les symptômes et à préserver la fonction de la hanche. Il peut inclure :

  • La prise en charge de la douleur : analgésiques, anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) ou infiltrations de corticoïdes.
  • La rééducation : renforcement musculaire, étirements et exercices visant à améliorer la mobilité et la stabilité de la hanche.
  • Les modifications du mode de vie : éviter les activités aggravant la douleur, utiliser des aides à la marche si nécessaire.

Interventions chirurgicales

En cas d’échec du traitement conservateur ou de protrusion sévère, une intervention chirurgicale peut être envisagée :

  • Ostéotomie de l’acétabulum : repositionnement et fixation de l’os pour rétablir la congruence entre la tête fémorale et l’acétabulum.
  • Arthroplastie de la hanche : remplacement de l’articulation endommagée par une prothèse articulaire.

La prise en charge de la protrusion acétabulaire dépend de plusieurs facteurs tels que l’âge, l’état de santé général et la gravité de la pathologie. Une approche individualisée permet d’optimiser les résultats du traitement et d’améliorer la qualité de vie des patients concernés.

Laisser un commentaire

Ensembles pour améliorer votre posture

Améliorez votre posture dès maintenant avec nos articles sélectionnés par des physiothérapeutes. 

Dites adieu à votre mauvaise posture et faites-la évoluer vers un niveau supérieur !

Partager :

accessoires

Gants de compression

Arthrose des mains

Ballon de bureau 65cm

Ergonomie