Arthrose facettaire : Les clés pour comprendre, diagnostiquer et traiter cette pathologie douloureuse

Arthrose facettaire
Liza Pinault, physiothérapeute
Liza Pinault, physiothérapeute

Diplômée en 2019 - Université de Laval avec une maîtrise en physiothérapie

L’arthrose facettaire est une pathologie qui se caractérise par l’apparition progressive de douleurs au niveau des articulations du dos à cause de la détérioration du cartilage. Cette dégradation entraîne également une inflammation locale et la formation de nouvelles structures osseuses autour de ces articulations. Dans cet article, nous verrons quelles sont les causes principales de l’arthrose facettaire, comment poser un diagnostic, et quelles solutions existent pour soulager la douleur et améliorer la qualité de vie des personnes atteintes.

Symptômes et facteurs de risque de l’arthrose facettaire

Les symptômes de l’arthrose facettaire varient en fonction de la localisation et la gravité de la pathologie. Certains signes cliniques peuvent cependant orienter vers ce diagnostic :

  • Douleur chronique dans le bas du dos (lombalgies) ou plus rarement dans le cou (cervicalgies)
  • Réveil douloureux après une période d’inactivité prolongée
  • Aggravation des douleurs lors de certains mouvements du rachis (flexion, extension, rotation)
  • Apparition de raideurs et limitations de la mobilité

Plusieurs facteurs sont susceptibles de favoriser le développement de l’arthrose facettaire :

  • Le vieillissement : avec l’âge, le cartilage perd de ses propriétés élastiques et s’use plus facilement.
  • L’hérédité : certaines personnes ont une prédisposition génétique à développer cette pathologie.
  • L’obésité : un poids excessif augmente la pression exercée sur les articulations facettaires, accélérant ainsi leur usure.
  • Les traumatismes ou microtraumatismes : des blessures répétées peuvent fragiliser le cartilage et favoriser l’apparition de l’arthrose.
  • Les troubles posturaux : une mauvaise posture peut entrainer des sollicitations inadaptées au niveau du rachis et des articulations facettaires.

Comment poser un diagnostic d’arthrose facettaire ?

Le diagnostic de l’arthrose facettaire repose tout d’abord sur un examen clinique réalisé par un professionnel de santé. Celui-ci pourra ensuite proposer différents examens complémentaires si nécessaire :

  • La radiographie : cet examen permet de visualiser directement les structures osseuses et d’évaluer l’étendue de l’arthrose.
  • Le scanner ou l’IRM : ces examens offrent des images détaillées et tridimensionnelles des articulations facettaires et des tissus environnants, aidant ainsi au diagnostic et au suivi de la maladie.
  • Les injections diagnostiques : parfois utilisées pour identifier précisément l’origine des douleurs, elles consistent à injecter un anesthésiant local au niveau de l’articulation concernée et à observer si la douleur disparaît ou non.

Importance d’un diagnostic différentiel

Il est essentiel de réaliser un diagnostic différentiel entre l’arthrose facettaire et d’autres pathologies présentant des manifestations similaires, comme la hernie discale, le syndrome du muscle piriforme ou encore la discopathie dégénérative. Les examens complémentaires peuvent aider à différencier ces différentes conditions et ainsi orienter vers l’approche thérapeutique appropriée.

Traitements et prise en charge de l’arthrose facettaire

La prise en charge de l’arthrose facettaire vise avant tout à soulager les symptômes, préserver la mobilité et éviter la détérioration des articulations. Plusieurs options thérapeutiques sont envisageables :

Mesures non pharmaceutiques

  • L’éducation thérapeutique : apprendre à reconnaître ses propres limites et adopter une meilleure hygiène de vie est essentiel pour mieux gérer la douleur.
  • La physiothérapie et l’exercice : des exercices ciblés peuvent améliorer la flexibilité, renforcer la musculature dorsale et réduire la pression sur les articulations.
  • Les techniques de relaxation et la gestion du stress : elles permettent de diminuer la tension musculaire et peuvent aider à mieux gérer la douleur sur le long terme.

Traitements médicamenteux

  • Les antalgiques : destinés à réduire la sensation de douleur, ils sont souvent prescrits en cas d’arthrose facettaire.
  • Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) : ces médicaments réduisent l’inflammation locale et les douleurs associées.
  • Les corticoïdes : utiles pour traiter les crises aiguës, ils peuvent être injectés directement dans l’articulation lors de blocages radiculaires sous guidage radiologique.

Interventions chirurgicales

Dans certains cas de pathologie avancée ou lorsque les autres traitements n’ont pas donné de résultats satisfaisants, des interventions chirurgicales peuvent être proposées :

  • L’arthroplastie des facettes : cette technique consiste à remplacer une partie de l’articulation par une prothèse, ce qui permet généralement de soulager les douleurs et de restaurer la mobilité.
  • La fusion vertébrale : également appelée arthrodèse, cette opération vise à stabiliser définitivement deux vertèbres adjacentes en les fixant à l’aide de plaques ou de vis. Cette solution est plutôt réservée aux cas les plus sévères d’arthrose facettaire.

En résumé, l’arthrose facettaire est une pathologie douloureuse qui nécessite un diagnostic précis et une prise en charge adaptée. Les traitements reposent principalement sur des mesures non pharmaceutiques, des médicaments antalgiques ou anti-inflammatoires et, dans certains cas, la chirurgie. Le choix de la meilleure approche thérapeutique dépendra de chaque situation individuelle.

Laisser un commentaire

Ensembles pour améliorer votre posture

Améliorez votre posture dès maintenant avec nos articles sélectionnés par des physiothérapeutes. 

Dites adieu à votre mauvaise posture et faites-la évoluer vers un niveau supérieur !

Partager :

accessoires

Gants de compression

Arthrose des mains

Ballon de bureau 65cm

Ergonomie