You are currently viewing Arthrite réactionnelle : comprendre, prévenir et traiter cette maladie inflammatoire

Arthrite réactionnelle : comprendre, prévenir et traiter cette maladie inflammatoire

L’arthrite réactionnelle est une condition qui peut affecter les articulations en raison d’infections. Elle fait partie d’un groupe de maladies appelé spondylo-arthropathies et touche principalement les hommes âgés de 20 à 40 ans. Dans cet article, nous vous expliquerons tout ce que vous devez savoir sur cette affection articulaire.

Qu’est-ce que l’arthrite réactionnelle ?

L’arthrite réactionnelle, autrefois appelée syndrome de Reiter, est une forme d’inflammation des articulations et des tendons qui se produit en réaction à une ou plusieurs infections. Contrairement à d’autres formes d’arthrite, l’arthrite réactionnelle ne résulte pas directement d’une infection dans les articulations elles-mêmes, mais plutôt d’une réaction inflammatoire à une infection ailleurs dans le corps.

Les origines et les éléments favorisant cette affection des articulations

L’arthrite réactionnelle est principalement causée par une infection. Les responsables de cette infection sont nombreux, mais les microbes provenant d’une infection digestive, uro-génitale ou respiratoire sont les plus fréquemment impliqués.

Les bactéries provenant des organes génitaux

L’arthrite réactionnelle est principalement causée par une infection bactérienne, en particulier par le germe Chlamydia trichomatis. Cette infection peut initialement provoquer une inflammation de l’urètre chez environ la moitié des personnes infectées. Chez les femmes, elle peut également entraîner une inflammation du col de l’utérus, qui peut évoluer vers une inflammation des conduits ovulaires ou des salpingites. Si l’infection par Chlamydia trichomatis devient chronique, elle peut non seulement causer la stérilité, mais aussi conduire à l’arthrite réactionnelle. En dehors de Chlamydia, la bactérie Ureoplasma urealyticum peut également provoquer une inflammation des articulations. Cela signifie que les personnes qui souffrent de maladies sexuellement transmissibles sont plus susceptibles de développer une arthrite réactionnelle. Si vous avez des douleurs dorsales, répondez à notre court questionnaire et bénéficiez de conseils adaptés à votre situation.

Les bactéries provenant de l’appareil digestif

Le système digestif héberge de nombreux microorganismes, certains d’entre eux peuvent être pathogènes et causer des infections dans les muqueuses intestinales, ce qui peut conduire à une arthrite réactionnelle. Les germes pathogènes du système digestif comprennent les shigelles, les salmonelles, le Campylobacter jejuni, les Yersinia enterocolitica et Yersinia pseudotuberculosis, ainsi que d’autres microorganismes tels que les streptocoques, les staphylocoques dorés, les borreliae et le Kingella kingea. Dans certains cas, l’arthrite réactionnelle peut également être causée par des parasites intestinaux tels que les amibes et les ténias, ou par des vaccinations telles que l’anti-salmonelle et le BCG intravésical. Il est important de noter que toutes les personnes infectées par ces agents pathogènes ne développeront pas nécessairement une arthrite réactionnelle. Il existe des facteurs de risque tels qu’une prédisposition génétique, notamment le type HLA-B27, qui augmente considérablement le risque de développer une arthrite réactionnelle. Certaines études suggèrent que le HLA-B27 pourrait favoriser des réactions auto-immunes en raison de similarités entre certaines séquences de cet antigène et celles des agents pathogènes. De plus, des molécules de certains agents pathogènes se fixent sur les molécules de HLA-B27, perturbant ainsi les réactions immunitaires et favorisant la persistance de l’agent pathogène, ce qui entraîne l’apparition de l’arthrite réactionnelle. Ces cas sont plus fréquents chez les populations de race blanche que chez les populations de race noire.

Quels sont les signes de l’arthrite réactionnelle ?

L’arthrite réactionnelle (AR) se manifeste par une variété de symptômes. Les problèmes articulaires sont fréquents, avec des douleurs et des signes inflammatoires qui affectent plusieurs articulations à la fois, notamment les genoux, la colonne vertébrale et les articulations sacro-iliaques. Ces symptômes articulaires peuvent apparaître brusquement environ deux semaines à un mois après une infection. Les problèmes oculaires sont également courants, tels que la conjonctivite, l’inflammation de l’iris, les ulcérations cornéennes et l’uvéite antérieure aiguë. Ces symptômes peuvent s’accompagner de douleurs oculaires, de sensibilité à la lumière et d’une diminution de la vision. Des signes dermatologiques peuvent également être observés, tels que des éruptions cutanées de vésicules claires qui se transforment en pustules ressemblant au psoriasis. Elles apparaissent principalement au niveau des paumes des mains et des plantes des pieds, mais peuvent également se manifester au niveau du scrotum et du cuir chevelu. Les muqueuses des organes digestifs et de reproduction peuvent également présenter des lésions, et une épaississement anormal et jaunâtre peut se former sous les ongles et sur d’autres parties de la peau. Des problèmes digestifs tels que la diarrhée et la rectocolite hémorragique peuvent également survenir. Les problèmes cardiaques, tels que la myocardite, la péricardite, l’insuffisance aortique et les troubles de la conduction, sont rares mais peuvent se produire. Dans certains cas, l’AR peut également affecter les reins. Les patients peuvent également ressentir d’autres symptômes tels que de la fièvre, de la fatigue et une perte d’appétit.

Comment diagnostiquer l’arthrite réactionnelle

Le diagnostic de l’arthrite réactionnelle peut être compliqué en raison de la diversité des symptômes cliniques qui n’apparaissent pas tous simultanément. Pour exclure d’autres pathologies telles que les arthrites septiques ou d’autres spondylarthropathies, le médecin effectue une série d’interrogatoires et d’examens cliniques pour évaluer l’état général du patient et les symptômes qu’il ressent. Ensuite, des examens biologiques et bactériologiques sont réalisés pour détecter la présence d’agents infectieux, les signes d’inflammation tels qu’une augmentation de la protéine C réactive et de la vitesse de sédimentation, la présence de pus dans l’urine, la quantité de globules blancs neutrophiles dans le liquide articulaire, ainsi que la présence de l’antigène HLA-B27 dans les cas plus graves. Les examens d’imagerie, tels que la radiographie, l’IRM et l’échographie, sont également très utiles pour confirmer le diagnostic et évaluer l’évolution de l’arthrite réactionnelle. Par exemple, la radiographie peut révéler des anomalies osseuses telles qu’une diminution de la densité osseuse, une érosion articulaire, une ossification et une inflammation dans les zones articulaires concernées. L’IRM peut montrer des signes d’inflammation, tandis que l’échographie permet d’observer les inflammations dans les autres structures de l’articulation, notamment au niveau de l’enthèse.

Comment traiter l’arthrite réactionnelle ?

Soigner les symptômes

Pour soulager les symptômes de l’arthrite réactionnelle, on utilise généralement des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens. Ces médicaments peuvent être pris par voie générale ou administrés par injection locale. Dans certains cas, des corticoïdes peuvent être utilisés, mais il est important de faire attention aux effets indésirables. En plus des médicaments, la physiothérapie, l’ostéopathie et le repos peuvent également apporter un grand soulagement pour les personnes atteintes d’arthrite réactionnelle.

Traitements pour les causes de l’arthrite réactionnelle

Il est essentiel de prendre des antibiotiques pour lutter contre les infections, en particulier les infections uro-génitales causées par Chlamydia. Il est important que les deux partenaires reçoivent un traitement en même temps afin d’éviter les récidives qui peuvent provoquer une arthrite réactionnelle.

Il est également recommandé de prendre des médicaments antirhumatismaux modificateurs de la maladie (ARMM) ainsi que des agents biologiques qui bloquent le TNF alpha, une protéine impliquée dans l’inflammation.

Il ne faut pas sous-estimer l’arthrite réactionnelle, car elle peut entraîner de nombreuses complications au niveau des yeux, de la peau, du cœur, etc. Il est important de savoir qu’elle n’est pas contagieuse et qu’elle se soigne généralement en environ 3 mois si le traitement est bien suivi.

Si vous ressentez des douleurs articulaires après avoir eu une maladie infectieuse, consultez votre médecin.

Sources d’information

L’arthrite réactionnelle est une affection qui se développe en réponse à une infection dans une autre partie du corps, généralement une infection bactérienne ou virale. Elle se caractérise par l’inflammation des articulations, souvent accompagnée de douleurs, de gonflement et de raideur. Les symptômes peuvent survenir plusieurs semaines après l’infection initiale.

Les causes exactes de l’arthrite réactionnelle ne sont pas entièrement comprises, mais on pense que des facteurs génétiques et environnementaux peuvent contribuer au développement de la maladie. Il existe également certains facteurs de risque qui peuvent augmenter les chances de développer une arthrite réactionnelle, tels que des antécédents d’infections gastro-intestinales ou génitales.

Le traitement de l’arthrite réactionnelle vise à soulager les symptômes et à traiter l’infection sous-jacente. Les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont souvent prescrits pour réduire l’inflammation et soulager la douleur. Dans certains cas, des corticostéroïdes ou des médicaments immunosuppresseurs peuvent être nécessaires.

La prévention de l’arthrite réactionnelle consiste principalement à éviter les infections qui peuvent déclencher la maladie. Il est important de maintenir une bonne hygiène, de se laver les mains régulièrement et d’éviter tout contact avec des personnes infectées. Si une infection se développe, il est essentiel de la traiter rapidement et correctement pour réduire le risque de développer une arthrite réactionnelle.

En résumé, l’arthrite réactionnelle est une maladie inflammatoire des articulations qui se développe en réponse à une infection. Elle peut causer des douleurs et des gonflements articulaires, mais peut être traitée avec des médicaments anti-inflammatoires et en traitant l’infection sous-jacente. La prévention implique d’éviter les infections et de les traiter rapidement si elles se produisent.

Laisser un commentaire